Menu
Categories
Ouverture du service de commentaires audio avec Kara et Soleil, à l’occasion d’Angoulême 2010
25 janvier 2010 Actu BD numérique

EDIT : Mise à jour du planning des enregistrements. Didier Crisse sera présent vendredi 29 janvier à 15h30.

C’est avec le plus grand plaisir que nous vous annonçons l’ouverture de notre nouveau service : les commentaires audio.

Ce service permet aux auteurs de vous expliquer eux-mêmes leur oeuvre : ces explications sont enregistrées, et associées aux zones correspondantes.

Ce nouveau service, lancé en partenariat avec les éditions Soleil, est ouvert avec une oeuvre entièrement commentée : Le Bleu du Ciel T2 (Kara). Pendant plus de deux heures, l’auteur vous explique ses intentions, ses sources d’inspiration, des anecdotes…

Comme toujours, une démonstration reste ce qu’il y a de mieux pour vous expliquer le concept. Passez le player ci-contre en plein écran, et allez à la page 4 pour accéder aux premiers commentaires.

N’hésitez pas à nous faire un retour (dans les commentaires, ou sur Facebook) pour nous dire ce que vous en pensez !

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse (version courte). Le communiqué complet est également disponible au format PDF.

digiBiDi lance un service inédit de commentaires audio pour redécouvrir sa BD préférée avec les explications de l’auteur

 

Kara, auteur de la série Le Bleu du Ciel, s’est le premier prêté à cette nouvelle forme de communication avec son lectorat.

Paris, le 25 janvier 2010 –

digiBiDi, site de lecture en ligne d’albums de bande dessinée et de manga, lance un service inédit en France de commentaires audio, et propose ainsi une expérience de lecture totalement nouvelle. Premier à donner de la voix, le dessinateur-scénariste Kara raconte toute la conception du second volet de sa série Le Bleu du Ciel, paru aux éditions Soleil.

« Les supports numériques permettent la création de contenu original et inédit par rapport au papier. Proposer des commentaires audio, très utilisés dans le marché des films sur DVD et blu-ray, nous a semblé une évolution logique dans notre gamme de services, » déclare Benjamin-Samuel Ewenczyk, directeur de digiBiDi. « Cette expérience crée un lien nouveau entre les auteurs et leurs lecteurs, qui peuvent découvrir les œuvres de manière plus intime grâce aux explications. Kara, qui s’appuie beaucoup sur les nouvelles technologies dans sa création, a un vrai talent pour transmettre sa passion. Notre volonté est d’apporter un réel plus à nos lecteurs, aux auteurs qui trouvent là un nouveau terrain d’expression, et aux éditeurs qui nous choisissent comme partenaire. »

« Cet enregistrement est le fruit d’une idée que j’ai évoquée avec Soleil, qui a ensuite cherché à la concrétiser avec digiBiDi, » déclare Kara. « Le résultat dépasse mes attentes. Présenter mon œuvre de la sorte est un exercice passionnant. Je peux expliquer mes intentions, mes sources d’inspiration pour une planche ou une case, raconter des anecdotes… »

La présence d’un commentaire sur une zone de la planche est indiquée en surimpression. Un simple clic permet alors d’écouter le commentaire correspondant. Les bandes dessinées avec commentaires audio sont bien entendu exportables grâce au player digiBiDi, déjà utilisé par des dizaines de sites et de blogs pour présenter des previews d’albums.

Les commentaires du Bleu du Ciel T2 peuvent être écoutés gratuitement pour les premières planches de l’album, et sont offerts à tout acheteur de la version numérique jusqu’au 1er mars 2010.

digiBiDi réalisera des séances d’enregistrement de commentaires en public sur le stand Soleil (Espace le Monde des Bulles, Champ de Mars, emplacement L9). Voici le tableau par auteur et par date et horaire :

Auteur Date Horaire
Keramidas (Luuna & Tykko des Sables) Vendredi 29 janvier 14h00
Crisse (Atalante, Luuna) Vendredi 29 janvier 15h30
Lullabi (Lanfeust Quest) Samedi 30 janvier 14h00
Alliel (Kookaburra Universe) Samedi 30 janvier 16h00
Gaudin (Marlysa notamment) Dimanche 31 janvier 13h45

Billets similaires :

"3" Comments
  1. Très belle initiative ! Voilà une utilisation du numérique qui ne prétend pas inventer le langage de la BD numérique à la place des auteurs, mais qui apporte vraiment quelque chose à l’expérience du lecteur.

    A quand des formules d’abonnement pour accéder au catalogue Digibidi dans son intégralité ? Avec les outils numériques il serait possible de reverser les droits au prorata des audiences de chaque album, sur le même modèle que celui de la radio.

  2. Merci JiF ! Effectivement, ce service a vraiment été pensé pour apporter un « plus » au lecteur (a la manière des bonus d’un DVD, où le réalisateur explique son oeuvre).

    Pour l’abonnement : d’un point de vue technique, c’est effectivement possible.
    Mais il y a deux difficultés majeures :
    – Le modèle économique doit être intéressant pour les auteurs, les éditeurs, digiBiDi, mais aussi les abonnés. Cette formule doit permettre de rémunérer les auteurs et les éditeurs avec des taux sensiblement similaires à ce qu’apporte une vente papier, tout en étant intéressante pour l’abonné. Je ne sais pas si cette équation existe pour l’instant.
    – Il faut convaincre tout le monde : on ne peut pas proposer un abonnement si on n’a pas 100% des titres qui sont inclus dans l’offre. Et tous les éditeurs n’ont pas la même stratégie vis-à-vis du numérique.

  3. Je crains que les réticences face à l’idée d’abonnement ne viennent du même raisonnement qui a fait dire aux industriels du disque qu’un téléchargement illégal était une vente perdue.

    Une page lue dans le cadre d’un abonnement n’a pas la même valeur qu’une page acquise sous la forme d’un album ou d’un fichier numérique. Mais l’abonnement encouragerait sans aucun doute bien plus de lecteurs à abonder. Les ayants-droit ne pourraient que bénéficier d’un volume de transactions supérieur. D’autant qu’une fois lue en version numérique, la BD est connue du lecteur qui pourra souhaiter l’ajouter à sa collection « physique » ou l’offrir autour de lui. L’album de BD est un objet suffisamment prestigieux pour qu’un accès dématérialisé ne viennent pas le concurrencer un seul instant.

    Pourquoi ne pas composer une offre avec ceux qui acceptent de jouer le jeu et prouver par l’exemple que cela peut fonctionner ? Pourquoi pas des bouquets thématiques à l’image des abonnements télévisés ? Convaincu depuis plusieurs années par la lecture de BD sur écran, je n’ai aucune envie d’acheter des albums numériques. En revanche, je suis fortement motivé par un accès sur abonnement… Si la BD numérique balbutie autant, c’est peut-être faute de répondre à ce que pourraient vraiment en attendre les consommateurs.

Laisser un commentaire
*