articles | commentaires
17oct

De la vente de contenus à la vente / mise à disposition d’outils ?

Déjà 1 commentaire

Le tout récent article de ebouquin.fr sur le revirement stratégique de l’éditeur numérique Vook, qui « ouvre une plateforme permettant à n’importe quels auteur, éditeur ou agent de créer un ebook enrichi », peut être rapproché de l’annonce plus ancienne d’Aquafadas au sujet de Comic Composer (voir Actualitté.com du 27 mai 2011).

Par la mise à disposition d’outils et d’une plateforme de diffusion, les deux sociétés amorcent un virage vers les auteurs potentiels, ceux qui ne sont pas encore poulains d’éditeurs, mais aimeraient bien que leurs créations soient diffusées.

Les situations ne sont pas tout à fait comparables : Vook est un éditeur numérique tandis qu’Aquafadas est un éditeur d’outils d’édition numérique, mais c’est aussi la maison mère d’AveComics, distributeur de BD numériques.

D’un côté Vook élargit son écurie d’auteurs tout en réduisant ses coûts de fabrication de contenus, de l’autre Aquafadas, AveComics donc, semble vouloir marcher sur les platebandes de ses fournisseurs éditeurs traditionnels papier & encre. Démarche un peu masquée, puisque c’est sous l’égide de la maison mère que se fait l’avancée.

Autre différence, l’outil de Vook est payant, la suite d’outils d’édition numérique d’Aquafadas est gratuite. Dans les deux cas, le canal de distribution est connu d’avance, et c’est sans doute le plus important de l’affaire.

Les auteurs y trouveront-ils leur compte ? Beaucoup d’amateurs éclairés s’y essaieront, qui sortiront enrichis de l’expérience de toute façon, même si la richesse en question n’est pas forcément de celle qui permet d’acheter le beurre des épinards. Combien « perceront », telle est la question. Et quel accompagnement sera fourni, quels efforts de promotion et de communication de l’éditeur (ou de ce qui en tiendra lieu) seront dédiés à ces auteurs, qui resteront au fond un peu seuls face à l’outil ?

Quant aux professionnels, vont-ils y aller ? Sans doute, s’ils ont conservé leurs droits numériques…

Et le point de vue des lecteurs me direz-vous ? Plus d’offres, plus de choix, oui, bien sûr. Ceux qui sont habitués à recherche la pépite dans le sable de la battée seront à l’aise dans ce nouvel Eldorado. Les autres, ceux qui moutonnent et achètent le « dernier Renaucourt », ceux-là passeront à côté.

Coïncidence, juste avant de mettre sous presse, je lis dans Actualitté.com l’article « Amazon courtise l’auteur, supprime l’éditeur : le Kindle, opium des écrivains ». Le même mouvement de fourniture d’outils (KDP : Kindle Direct Publishing, la plateforme d’autopublication d’Amazon) et de circuit de distribution, mais c’est le rouleau compresseur qui est en marche…

Sources : Actualitté.com, ebouquin.fr
Sociétés : Vook, Aquafadas, Amazon

Billets similaires :

Catégories : Actu BD numérique

Cet article a été posté le Lundi, 17 octobre, 2011 à 14:18 et est classé dans Actu BD numérique. Vous pouvez suivre les commentaires de cet article via le Flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un Rétrolien depuis votre propre site.

Une Réponse à “De la vente de contenus à la vente / mise à disposition d’outils ?”

  1. Posté par TroyB 18 octobre, 2011 à 1:08

    Article très intéressant, merci !
    Je m’interroge sur la viabilité de Vook dans un modèle économique payant, avec en face des concurrents comme Aquafadas en gratuit.
    Ceci dit Vook affiche sur son site une belle liste de partenaires sérieux… ils doivent savoir ce qu’ils font :) .

Laisser un Commentaire